Partagez | 
 

 Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eun Sun
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Concept: Second de l'Aile Pourpre
MessageSujet: Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre   Jeu 14 Jan - 11:24
L'Ombre Pourpre










Nom : Yun
Prénom : Eun Sun     Grâce, déesse
Race : Yun
Sexe : Féminin
Age : 24 ans



Description physique

D'une silhouette élancée, fine et d'un teint pâle, Eun Sun peut donner une impression de fragilité, qui s'oppose cependant à l'air strict de son visage.
La jeune femme possède une longue chevelure noir, aux légers reflets bleutés. L'iris est argenté. Ce regard se veut aussi renforcé par un léger maquillage noir. Un tatouage d'une même teinte englobe la moitié de son œil gauche.
Ses oreilles se veulent pointues, signe caractéristique de sa race, mais généralement camouflées sous sa chevelure.

Un léger parfum de fruit des bois émane d'elle et ses tenues se veulent toujours principalement teintent en noire, avec des couleurs secondaires variant entre rouge et or.

Un pendentif trône à son cou. Ce dernier est rond, avec d'un côté une pleine lune sculptée dans un jade blanc terni et de l'autre côté une pierre d'âme sertie dans un acier déformée.
Le tout est cerclé d'un fer noir, tout comme la chaîne qui l'accompagne.



Description mentale

Eun Sun peut sembler calme de prime abord, mais s'avère être une personne colérique, même violente et qui reste impulsive, principalement sous la colère.
Aimant donner des ordres plus qu'en recevoir, elle évite toute organisation hiérarchique de crainte d'avoir à en recevoir.
Elle n'en reste pas pour autant solitaire, n'hésitant pas à s'entourer d'individus pour atteindre ses objectifs.
Ces derniers se doivent cependant d'être talentueux, Eun Sun détestant la défaite et se voulant presque perfectionniste.
Ainsi, elle cherche constamment à s'améliorer au combat, quitte à être à la limite de la légalité pour ce but.

Eun Sun n'en reste pas moins sans valeur esthétique, passant de nombreuses heures à entretenir son corps pour conserver la grâce bien connu des Yun.
Elle possède aussi un certain attrait pour la musique.



Ce que l'on dit d'elle :

"Il parait que cette femme affronterai n'importe qui pour peu que le duel puisse être intéressant."
-- Un apprenti dans la maîtrise du sabre.

"Je l'ai vu dans une ruelle de mauvaise réputation, entourée par les cadavres de trois personnes, sa lame ensanglantée... Et comme certains disent qu'elle a tué sa propre famille... Enfin, je dis ça, je dis rien.. mais j'aimerais pas croiser son chemin.."
-- Un villageois trop curieux.





Dernière édition par Eun Sun le Ven 3 Fév - 15:57, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eun Sun
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Concept: Second de l'Aile Pourpre
MessageSujet: Re: Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre   Dim 24 Jan - 21:14
/!\ ATTENTION SPOILER /!\
Les lignes et post suivant peuvent choquer les esprit sensibles. Vous êtes prévenu que l'histoire présentée peut être macabre et choquante.



Chapitre 1 - Prémices de la Folie








Au cœur d'une nuit sans étoile, noyée dans l'obscurité, le cri d'une nouvelle vie perça le silence. A cet instant, une enfant dénuée de la bénédiction des étoiles vint en ce monde, dans un petit village isolé, au sein d'une petite maison où une Yun l'a pris pour fille. Une autre fille de la même race habitait aussi cette maison, de cinq ans son aînée.

Elle fut nommée Eun Sun, de la lignée Yun. Affiliée à la nuit, l'enfant apprécia l'ombre  et le calme nocturne, se démarquant ainsi des autres habitants du village. Elle ne fut cependant pas mise à l'écart, et put profiter des jeux des autres enfants. Sa grande sœur veillant aussi à ce qu'elle s'y sente intégrée.

Dès ses six ans, l'enfant rejoint le cursus scolaire du village, en plus de suivre auprès de sa mère des cours d'éthique et du maniement de la lame et du chi. C'était une petite tradition au sein de cette petit lignée de Yun.

L'enfant étudia avec sérieux, et profitait des nuits pour s'échapper du village et profiter de la sérénité de la nuit. Sa mère s'en inquiétait constamment, mais avait finit par lui autoriser, à condition qu'elle ne s'éloigne pas trop.


Les années s'écoulèrent lentement et calmement. Alors que la jeune Yun eut ses 12 ans, le seigneur féodal du territoire en bordure au village périt et fit place à son fils.

Et l'an suivant changea radicalement la vie d'Eun Sun....
Alors qu'elle vadrouillait une nuit dans la forêt proche, la lueur d'un brasier vint attirer son attention.
Une épaisse fumée noire se soulevait du village.

Elle accouru aussi vite qu'elle put, mais ne constata qu'un village en ruine. Les hommes, enfants et vieillards étendus dans des marres de sang.
Des bannières flottaient au vent, le Seigneur féodal proche ayant visiblement revendiqué cette frappe.
Elle se précipita à sa maison, mais cette dernière était dans le même état que les autres bâtisses enflammées.

Elle remarqua non loin le corps de sa mère, une lame dans le ventre. Accourant à elle s'écroula ensuite.
La main maternelle se posa doucement sous sa joue, tentant vainement d'essuyer les pleurs de la jeune Yun.

"Part, ma fille. Va loin au Sud. Découvre la vie, et prends soin de toi... Je suis désolée... de ne pas pouvoir t'accompagner..."

La main s'écroula alors sur le sol, inerte. L'enfant hurla sa douleur, serrant le corps entre ses bras, désespérant de la revoir réouvrir les yeux, de bouger une nouvelle fois...
Mais rien ne se produisit, malgré les longues minutes...

Elle se releva alors et se retira vers le Sud, le regard hagard, l'esprit ailleurs. Elle marchait sans savoir où se rendre, sans savoir comment vivre.
Elle aperçu alors un trio d'individus devant, sortant de ses songes, elle trébucha, et tomba.
Tout trois était entièrement vêtu de noir, deux femmes : une Jin et une Yun, et un homme, un Gon immense.

Eun Sun n'avait plus la moindre force. Elle tendit un bras vers la femme centrale. Mais seule la Jin lui répondit.

"Hors du chemin."

Alors que la femme allait repousser l'enfant violemment, la Yun éleva une voix froide, dénuée d'émotion.

"Attends."

La Jin s'immobilisa alors et s'écarta, laissant la Yun s'approcher. L'enfant pris un peu de courage et dévoila sa voix tremblotante.

"Aidez-moi.. vengez mon village..."

L'adulte fit signe au Gon qui posa leur sac de voyage. Elle en sortit alors une lame sombre et la tendit à Eun Sun.

"Je ne peux t'aider. Mais cette lame exaucera tes vœux du moment que tu l'espères jusqu'au plus profond de ton âme."

L'enfant attrape maladroitement l'épée, et le trio poursuivit sa route, la laissant à son sort.
Eun Sun fixa la Yun se retirer, contemplant sa magnifique chevelure d'ébène, sa démarche, sa tenue d'un noire intense... Elle avait trouvé quelqu'un qui lui avait redonné courage.
Elle saisit ensuite l'arme entre ses petites mains. Elle semblait plus légère qu'elle ne l'avait cru de prime abord. Presque comme si le poids s'était adapté à sa force.
Elle se releva ensuite, lentement, et fit demi-tour, revenant sur ses pas pour se diriger vers le château proche.

Que pouvait-elle espérer accomplir seule ? A son jeune âge ? Pourquoi tenter ? Mais cette vengeance... ce désir... Elle ne cessait de vouloir la mort à ceux qui avait détruit son village et probablement capturé les habitants.
Peu à peu, elle devint obnubilée par ces idées meurtrières, tout le long du chemin, ses pensées s'assombrirent.
Une fois à destination, elle sauta par-dessus les rempart. Son Chi s'était renforcé sans même qu'elle ne s'en rende compte. Un premier garde croisa sa route et l'interpella, mais la jeune fille dégaina et bondit sur lui. En un instant, la lame trancha la gorge du patrouilleur.
Une fumée noire entoura la lame, et se propagea jusqu'au corps d'Eun Sun.

Mais trop concentré dans sa vengeance, elle ne fit pas attention à ce détail et poursuivit son ascension.
Rapidement, elle atteint les quartiers du Seigneur. Ce dernier avait réuni les Yun du village d'Eun Sun et choisissait celle qui passerait la nuit avec lui.

La jeune fille haineuse entra à ce moment précis. Folle de colère et avide de sang, elle massacra la cible de sa rancœur et dans sa frénésie, la lame ne cessa de pénétrer ceux qui se trouver dans la pièce.

Ce n'est qu'après de longues minutes silencieuses que Eun Sun reprit sa raison.
Elle était dans une pièce luxueuse digne d'un château mais le sol était ensanglanté, tel un lac rouge.
Devant elle se trouvait le corps démembré d'un homme, sa tenue souillée de sang montrait tout de même sa richesse et son titre : un seigneur.
Son regard pivota alors, et elle découvrit d'autres corps, des dizaines, tous dans un état des plus macabres... tous étant féminin.
Un "plic" attira son attention à ses pieds. Ces derniers se trouvaient dans la marre de sang, et sa main tenait fermement une lame dont le sang ruisselait encore. Les perles écarlates se formant à l'extrémité de l'arme et tombaient dans le lac pourpre.

Elle réalisa ce qu'elle venait d'accomplir :
Sa vengeance... et le massacre des survivants.
Elle repoussa la faute sur la lame maudite et voulut s'en débarrasser... mais en vain, sa main refusait de lâcher le manche de l'épée, ses doigts y restant collés.

Son cœur se serra, comme sur le point d'exploser, sa gorge se noua si fermement qu'elle en souffrait et que sa respiration en devenait difficile, les larmes coulèrent de ses yeux telles des rivières débordant de leur nid, atteignant ses lèvres qui souriaient alors qu'elle contemplait une nouvelle fois son oeuvre.
Elle avait réussie sa vengeance et son esprit ne pouvaient se détacher de cette idée. Elle ne pouvaient se concentrer sur l'horreur qu'elle avait commise.

L'esprit perverti, la jeune fille finit par reprendre sa route vers le Sud, abandonnant son passé...



Dernière édition par Eun Sun le Jeu 19 Jan - 7:01, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eun Sun
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Concept: Second de l'Aile Pourpre
MessageSujet: Re: Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre   Lun 25 Jan - 19:49
/!\ ATTENTION SPOILER /!\



Chapitre 2 - La Lame Pourpre




Etendue sur les pierres froides qui jonchaient la route, Eun Sun s'était écroulée d'épuisement. Elle n'avait cessé de marcher, encore et encore pendant des heures, et sans prendre la moindre pause depuis les derniers événements.

Peut-être aurait-elle dû rejoindre ses consœurs à ce moment, si un homme ne l'avait pas découverte, inconsciente et couverte de sang, une lame fermement tenue entre ses frêles mains. Il l'a saisi et l'emmena chez lui, plus précisément dans une auberge dont il était le possesseur.

A son réveil, Eun Sun était perdue, sans but ni désir. Mais l'aubergiste l'a traita avec attention comme s'il s'agissait de sa propre fille.
Peu à peu, la jeune Yun se rétablie. Mais son caractère se voulait plus froid, plus renfermé, et plus aucun mots ne s'échappaient de ses lèvres.
Muette comme une tombe mais pourtant vivante, la jeune fille aida peu à peu son tuteur à entretenir l'auberge. Il voulut lui donner un nom, mais la petite s'énerva et écrit son propre nom sur un morceau de papier. L'aubergiste fut amusé de sa réaction et pu ainsi en apprendre un peu plus sur l'identité d'Eun Sun.

Plusieurs fois, l'homme voulut lut retirer la lame qu'elle transportait, mais à chaque fois, la Yun le fixait d'un regard meurtrier, se jetant sur la poignée de l'arme pour tenter de récupérer son bien.
L'associant à ce qui devait être le dernier souvenir de son passé, l'homme avait finit par lui laisser, constatant qu'elle ne faisait qu'entretenir soigneusement la lame sans jamais menacer personne.

L'année suivante, un des plus grand habitué de l'auberge remarqua cette petite fille, si soignée et si attentionnée avec son arme. Il s'agissait d'un mercenaire, et était le chef d'une petite troupe. Trouvant la Yun fort jolie et misant sur le temps, il demanda au teneur de l'établissement s'il pouvait lui enseigner, lui faire découvrir un autre monde à l'aide de l'objet qu'elle affectionnait tant.
Le vieil homme hésitait, mais finit par céder à la demande après quelques longues négociations

Eun Sun se révéla curieuse et intéressée. Bien que toujours muette, et communiquant par signes ou par écrit, elle rejoignit la petite bande, dont tous partageaient un tatouage identique à leur œil gauche. Elle assistait à tout leur contrat, à toutes leurs traques. Elle observait leur comportement, leur style de combat, et chaque soir en rentrant, elle effectuait quelques passes d'armes avec son mentor.

Les années défilèrent, et peu à peu, la jeune fille devint une jeune femme talentueuse au maniement de la lame. Elle redonnait toujours l'argent obtenu à celui qui était devenu comme un père adoptif et ce dernier la traitait toujours aussi tendrement.
Le mentor d'Eun Sun s'était grandement rapproché d'elle, son rêve et ambitieux étant devenu presque une réalité tant la jeune femme ne semblait pas mettre de distance entre eux. Cependant, elle lui échappait toujours, cette dernière s'en allant souvent pour tester ses propres capacités dans des contrats qu'elle menait seule.
Intégrant pleinement la troupe, elle reçu un tatouage identique à son œil gauche.

A ses 19 ans, elle en vint à se rendre plus loin qu'à l'habitude et séjourna une nuit dans une autre auberge. Elle y découvrit de nombreux avis de recherche sur des personnes qu'elle connaissait fort bien.
La petite troupe de mercenaire n'était pas si bien attentionnée que cela.
Arrachant toute les primes et allant à leur rencontre dans son auberge, elle attendit que les clients réguliers se retirèrent pour déposer les contrats devant son mentor.
La petite troupe se réunit alors... L'un d'eux ricana.

"- Ah, on dirait que Eun Sun a découvert le petit secret. T'en fais pas, si t'as tête y es pas, c'est juste car t'es toujours restée en retrait !
- En effet... Ecoute, Eun, la vie est ainsi et.. vois-tu, le faible se fait toujours mangé par le plus fort. Alors oui, ce que l'on fait, ce que tu as fais avec nous, n'avait rien de légal... Mais qu'ils soient morts de nos mains ou non... Ils étaient faibles et seraient mort à moment ou un autre."

Eun Sun observa son mentor, elle voyait en ses yeux qu'il tentait de la persuader de rester à ses côtés. Elle ouvrit alors ses lèvres, et pour la première fois après des années, relâcha quelques mots.

"Je comprends, oui. Ainsi est la vie."

Tous se regardèrent, comme choqué. Même l'aubergiste, qui était au courant de toute l'histoire depuis le début, était plus étonné du fait que Eun Sun ait parlé que par le fait qu'elle ait tout découvert.
Tous levèrent leur choppe bien remplie et trinquèrent à cette victoire...
Sans remarquer que la Yun avait dégainé sa lame et, dans un éclair, se déplaça devant chacun des bandits pour trancher leur gorge.
Le sol de l'auberge se recouvra de sang, et de cadavres. Yun Eun Sun souriait, comme heureuse, alors que la lame qu'elle tenait relâchait une mince fumée noire.
L'aubergiste s'écroula au sol, horrifié.

"- Eun Sun..? Qu'as-tu fais..?
- J'ai accepté un contrat et je l'ai rempli. N'est-ce pas ce qu'ils viennent de dire ? Les faibles finissent toujours par mourir."

L'homme resta bouche-bée face à la froideur de la jeune femme, incapable de prononcer le moindre son. Elle venait de détruire des années de vie au nom d'une prime, et ne reconnaissant plus la jeune adolescente qu'il avait hébergé et prit soin.

"Tu n'as pas t'inquiéter. Ton nom ne figure pas sur la liste."

Elle récupéra la preuve demandée par les contrats et rengaina sa lame. Prenant un petit sac sur le dos, elle sortit de l'établissement et rejoignit le second village pour toucher sa prime. Elle ne se retourna pas une seule fois, et ne s'intéressa jamais au sort de celui qui avait été pendant un temps, un père.

Bien que beaucoup reconnurent son tatouage, nul ne pouvait vraiment douter d'elle en voyant les preuves des morts de son anciens partenaires.
Touchant ainsi une forte prime pour la mort des bandits et une réputation de tueuse sans état d'âme, Eun Sun se fit connaître sous le surnom de "La Lame Pourpre", et voyagea de village en village pour accomplir divers contrats, y compris dans les endroits les plus mal famés.
Elle aida par occasion la Légion Ecarlate, ces derniers mettant en avant la liberté et l'indépendance de chacun.


Dernière édition par Eun Sun le Mar 9 Fév - 13:18, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eun Sun
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Concept: Second de l'Aile Pourpre
MessageSujet: Re: Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre   Lun 25 Jan - 19:49
/!\ ATTENTION SPOILER /!\



Chapitre 3 - L'Aile Pourpre



J'erre, encore et encore, mais depuis combien de temps ? Vivant au jour le jour, je ne m'intéresse plus à l'écoulement du temps. Deux ans ? Quatre ? Peut-être cinq...
Je pense encore être moi-même, mais année après année, je réalise que je change peu à peu. Depuis quand est-ce que je ne désire que le meurtre ? Le sang ?

Je voudrais en finir, mais mon corps ne suit pas. Je voudrais me séparer d'Elle, mais ma main y reste cramponnée.
Alors j'erre, encore et encore... Continuant mon éternelle routine, remplissant des contrats pour parfois une bouchée de pain mais à la quantité de sang versée suffisante.


Un soir où le sommeil ne vient pas et où mon regard reste fixé sur ma lame, je décide de sortir... Déambulant dans les sombres rues nocturnes d'un village, je cherche une occupation.

Des cris m'attire, tel un papillon de nuit auprès d'une flamme. Je vois un homme armé menacer un jeune couple, l'époux pris en otage.
Le brigand veut probablement se faire un peu d'argent, peut-être de quoi avoir un repas de plus ou louer une chambre d'auberge.

Il me remarque alors et menace de tuer l'homme si j'approche trop.
Mais mes pas ne cessent guère leur lente progression. Je veux m'arrêter, mais j'en suis incapable, comme si je désire la mort de ce civil.
Et ainsi, le funeste destin frappa. Le brigand égorgea le jeune homme, puis voyant que je dégaine alors ma lame, tente de fuir...

Mais je bondis à ses trousses, lui coupant la route. Je joue alors avec ma proie, jusqu'à ce qu'il soit trop fatigué et que l'affrontement n'en devint ennuyant. Alors ma lame se plante dans son torse, laissant son corps s'effondrer sur le sol.

La femme, désespérée et folle de rage, attrape l'arme du défunt brigand et me charge.
Me retournant, je place ma lame face à la jeune veuve, qui pénètre alors sa chair. Me rapprochant de son corps, nos souffles s'entremêle, le sien, chaud et court, caresse doucement mon cou, la chaleur de son corps se répand contre ma poitrine à travers ses vêtements.
Je vis son regard effrayé, empli de chagrin et d'effroi.
Je souris alors, un plaisir intense parcourant mon corps alors que je m'enfonce un peu plus en elle, jusqu'à ce que ma main viennent au contact de sa peau. Jusqu'à ce que mes mains rougissent de son sang.
Puis lentement, je me retire de son corps, m'éloigne de l'étreinte macabre. La lame s'extirpe alors, répandant un liquide rouge sur le sol.

Je me tiens alors droite, observant le ciel nocturne. Depuis quand est-ce que je ressens un tel plaisir à l'exécution d'une personne ? Depuis quand est-ce ma lame s'abat sur des gens désespérés, sans défense ?
Suis-je encore humaine ?

Un nouveau cri de terreur résonne dans la nuit. Mon regard se dirige vers la source et une ombre file. Un témoin, probablement un civil terrifié, fuyant pour sa vie...
Mais une imposante personne se montre alors. Une Gon, grande, aux formes généreuses, la peau claire et les cheveux blonds, un regard d'émeraude. Elle est maquillée et sa tenue est soignée.

Elle s'adresse à moi, mais je n'écoute qu'à moitié. Elle me reproche de m'en prendre à plus faible que moi. Mais je rétorque le contraire. Après tout, ils ont ouvert les hostilités, je n'ai fais que me défendre.
Mes paroles sonnent comme des vérités et pourtant j'ai l'impression de mentir.
Elle me parle de défi plus grand, qu'elle pourrait m'y mener... mais elle refuse d'en dire plus. Ment-elle ? Est-ce de fausses rumeurs ?

Elle s'éloigne alors... Dois-je la suivre ? Pourquoi faire..? Risquer de la tuer comme je viens de le faire pour la précédente personne ? Non... j'ai trop tué...

Je fais demi-tour et retourne à ma chambre d'auberge, trop désireuse de clore cette nuit.



Trois jours s'écoulèrent, trois jours à réfléchir à mon avenir, à ce que je peux faire. Si je ne peux me tuer, je sais que l'on peut me tuer, bien que je ne me laisserais pas faire. Nul prendrai le risque d'accepter un contrat que je proposerai visant à ôter ma tête, alors comment...? Mais mourir..? J'en tremble... Serais-je effrayée...?
Dans mes songes, mon regard se posa sur une affiche de la Légion Ecarlate. J'en lis les lignes... Un village sous contrôle du l'Ordre Céruléen et une demande d'y éliminer toute vie.
Seule contre tous..? Si ce ne sont que des civils ou des combattants de pacotilles, il n'y aura pas de défi... mais l'Ordre Céruléen..? Peut-être... Peut-être y aura-t-il quelques personnes de talents... Alors, peut-être pourrais-je en finir...
Je saisis le contrat et m'y dirige, attendant la nuit pour frapper.


Le village se veut légèrement fortifié. Des remparts, quatre tours de guets. Visiblement il y a deux entrées. Des gardes patrouillent devant les portes. Une attaque frontale serait peut-être trop risquée. Même si je cherche la mort, autant le faire en emportant le plus de vie avec moi, alors je pourrais peut-être vivre à travers les rumeurs, les histoires...

Usant de mon Chi, je me déplace vivement vers les remparts puis saute jusqu'au sommet de la tour. Dans la foulée, ma lame tranche la gorge des deux archers présents. L'un tombe, s'écrasant au sol dans un bruit lugubre.
Je ne perds pas de temps, je saute sur le rempart et fonce vers la seconde tour avant de me faire repérer. Je répète alors l'opération, sautant et éliminant les deux tireurs, cette fois sans bruit.
Il ne me reste qu'à revenir au lieu précédant et éliminer les gardes qui s'y sont rassemblés.

Je descends de la tour et me déplace à travers les petites ruelles. Il n'y a personne, tout est vide. Devant la porte d'entrée se dresse un Gon. Il n'y était pas précédemment... Il fixe l'extérieur. Sait-il pour ma présence ? A-t-il pris la relève ?
Qu'importe. Ma lame s'illumine d'une aura pourpre puis fends l'air, libérant une lame de vent vers le dos du géant, suffisamment puissante pour le trancher en deux...

Mais il survit, la lame entaillant fortement sa chaire. Un autre manipulateur du Chi... parfait. Nous nous chargeons alors et le combat s'engage. J'ai l'avantage, je le sens... Mais plusieurs kunais viennent contrer mes frappes.
J'opte pour la défensive, mais ces dagues de lancées me frappe alors quand je me protège... L'assassin reste furtif, n'apparaissant que trop brièvement pour que je puisse la saisir.
Le Gon reprend l'avantage et me blesse la jambe. Un repli s'impose.

Je brise la vitre d'une maison et m'y engouffre, des hommes sont en train de s'équiper. N'y a-t-il donc que des guerriers dans ce village ? Etait-ce un piège..? Qu'importe...
Je fonce jusqu'à une autre fenêtre pour sortir de l'établissement, ma lame fauchant la gorge de quelques soldats au passage.
Je me dirige vers une seconde maison... Mais si c'est la même chose ? Je me fatiguerai pour rien... L'assassin me suit-il ? je l'ignore...
Je brise la porte et me faufile sous la maison, peut-être arriverais-je à brouiller les pistes...
Les gardes sortent alors et semblent me chercher... Aurais-je une occasion..?
Un petit bruit se fait entendre derrière moi... une grenade... Je condense mon chi pour mon protéger, puis le souffle m'expulse au loin, me remettant à découvert.

L'assassin se trouve là, devant moi... Saleté de furtifs...
Elle a clairement l'avantage et sa dague vient se planter dans mon ventre... retournant ma lame j'empale alors sa jambe... pourras-tu toujours courir ? Seras-tu toujours furtif avec le sang qui s'écoule sur le sol ?
Elle s'éloigne légèrement. Je sens ma lame qui tente de prendre le contrôle. Je m'y oppose.. Je combattrai par moi-même... je vais enfin pouvoir en finir... Je sais que je ne peux triompher...

Mais soudainement, un puissant grondement se fait entendre. Au loin, l'une des tours de guet s'écroule. Une seconde attaque ? L'assassin s'y précipite alors, remplacée par quatre soldats.
Quatre hommes contre moi ? Je ne périrai pas par des mains si faibles... La lame relâche sa fumée noire et mon corps s'ôte de toute douleur. Emportée par l'adrénaline, je charge, brisant leurs boucliers, ôtant la vie des deux premiers alors que les deux autres en profitent pour me charger. Je repousse le troisième, mais le dernier parvient à planter sa lame en mon corps... D'un mouvement habile de ma main, je lui rend la pareil dans sa gorge... Le dernier survivant fuit alors, trop effrayé pour sa vie...

Je reste seule, ma vision se brouillant, je m'écroule au sol. Je sens ma main qui reste crispée à ma lame... Un murmure à mon esprit qui m'oblige à lutter, à persévérer...
Mais je ne veux pas... je veux que tout ce termine, que mes mains cessent d'être baignées dans ce lac de sang...

Ma vision flou distingue une grande silhouette... Une Gon, aux cheveux dorée et au regard émeraude...
Enfin... Enfin tout se termine.
Elle me prend alors dans ses bras.
Non... Pourquoi ?
Je sens mon corps se relâcher, le sommeil me gagnant.



Je me réveil alors dans une chambre, sur un futon. J'observe autour de moi... Où est-elle ? Je tremble, j'ai l'impression qu'un bras m'a été arraché... Où est-elle..?
Enfin, je la trouve.. là, près du mur, ma lame s'y trouve.
Soupirant de soulagement, je réalise pourtant que je suis bien vivante et toujours aussi corrompue par cette lame maudite.

Je suis donc en vie, condamnée à vivre... Ainsi soit-il, si mon destin est de répandre le sang, je le ferais.
Je me lève alors, nue comme un ver. J'essaye de mettre mes vêtements... mais ces derniers sont en lambeau.
Une personne rentre alors dans la chambre, une Gon, la même que celle qui m'a sauvé.

Je ne la remercie pas, alors même qu'elle m'apporte un repas et de nouveaux vêtements. Je me rechange et entame la discussion avec elle.
Elle semble satisfaite de voir que je n'ai pas peur de la difficulté, que je ne m'intéresse pas à tuer les faibles.
Elle me fait alors une offre... Celle de l'aider dans son projet.
Créer un Clan de mercenaire pour amasser des richesses.
Je me fiche de l'or, mais je m'intéresse aux défis... Si l'on vit de contrats, nous aurons forcément des ennemis de plus en plus puissants afin d'obtenir toujours plus de richesses...
Si je deviens plus puissante, je dominerai peut-être la Lame... Alors serais-je enfin libérée ?
J'accepte son offre.
Si elle est l'aile d'un aigle, j'en serais le plumage. Bien présente et pourtant sans être directement remarquée.
Si elle est l'Aile, j'en serais le Pourpre...
L'Aile Pourpre...

Ainsi vint le nom du Clan et celui d'un nouveau début, bien que le sang maculera toujours ma route...


Dernière édition par Eun Sun le Mar 23 Fév - 13:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eun Sun
avatar
Messages : 86
Date d'inscription : 14/01/2016
Age : 24

Feuille de personnage
Concept: Second de l'Aile Pourpre
MessageSujet: Re: Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre   Mar 9 Fév - 13:19
Chapitre 4 - Au cœur des Ténèbres




Le Clan de l'Aile Pourpre avait eu un certains succès. Une bonne renommée, des recrues intéressantes... Yuko avait même usée de ses économies pour obtenir une auberge et en faire notre point de rassemblement, mais aussi un moyen d'améliorer les revenus, de rencontrer des clients ou des recrues potentielles.

Cet essor avait été bon signe, mais rapidement quelques problèmes survinrent... Je n'ai jamais dirigée personne, alors forcément Yuko et son charisme ressorte davantage... Mais comment corriger ceux qui lui manquent de respect ? Je ne connais que la violence, l'humiliation. Mon autorité en pâti probablement, mais si l'obéissance envers Yuko s'accroît alors j'aurais réalisé mon objectif.

Mais même si je dis cela, le froid qui s'installe par moment me perturbe, me trouble... Et cette Lame ne fais qu'empirer les choses... S'en prenant d'abord à mon esprit, puis à mon corps, elle en vint maintenant à parler... Une Lame, parler ?
Je m'étais toujours dis que ce n'était qu'une arme maudite qui influence son porteur via le Chi Impur... Mais était-ce seulement cela ?

Après un contrat des plus étrange et un affrontement qui avait tourné aux limites de la honte, j'avais puisé intensément dans mon Chi... A tel point que j'avais bien trop sollicité mon épée. Elle en avait même changé d'apparence, sa lame prenant une teinte pourpre-mauve. C'était comme si elle avait quitté un long sommeil, comme si elle s'était éveillée, comme si un sceau s'était brisé...
Et avec cela, vint ses murmures... Tantôt inexistant, parfois omniprésent...
J'en vins à avoir l'impression d'être folle... Etait-ce moi ? Un dédoublement de personnalité ? Ou était-ce vraiment une autre facette de cette Lame ? Et à qui en parler ? A qui me confier ? En qui ais-je confiance ?

"En moi..."

Et la voilà qui reprend ses murmures à mes propres pensées... Je secoue la tête, restant couchée dans mon lit, mon regard se porte sur l'encens que j'avais placé sur la table de chevet. La douce odeur qui s'en dégageait était légèrement soporifique et ce petit subterfuge me permettait de détourner mon esprit de cette voix qui, parfois, était trop insistante.

En dehors de cela, une certaine routine s'était installée.. Me levant au matin, j'allais faire le tour des panneaux d'affichage et je passais la journée à remplir quelques contrats, reversant par la suite la majorité de la prime à Yuko pour le Clan.
Le soir se voulait plus reposant, passant mon temps auprès des membres ou pour les contrats de l'Aile Pourpre. Il arrivait aussi que quelques combats d'entraînements ou amicaux avaient lieu entre nos membres et des habitués : des clients habituels, ou bien des membres de l'Académie, avec qui nous avons fait quelques accords.

Mais quand on parle de duel, j'en vins aussi à y participer... Pourquoi retenir nos coups dans ces affrontements ? Le but étant de progresser, il faut être capable de se dépasser... Et quel meilleur moyen pour cela qu'en étant aux portes de la mort, à l'agonie ?
Alors j'en vins à pousser toujours plus mes adversaires, qui qu'ils soient, ne retenant aucun de mes coups... Mais au fond je ne cherche pas à le tuer, je sais que je ne le ferai pas.

"Pourquoi laisser ces faibles ainsi ? Ils t'entravent. Epanouies toi. Renforce toi."

Plus le combat dure, plus les murmures se font intenses, séduisants... Comme une mère guidant son enfant à faire ses premiers pas, l'encourageant.

"Tu y es presque. Si peu. Encore... Pousse le.. Un peu plus..."

Alors même que l'adversaire est à terre, qu'il ne peut se relever, elle continue...

"Il peut toujours combattre, fais le progresser... Sans quoi tu resteras faible. Veux-tu l'être ? Comme eux ? Si faible ? Non... Alors va.. frappe ! Tue !"

Et je finis instinctivement par continuer, sur le coup, je ne m'aperçois même pas de mon erreur... Aux yeux de tous, je suis violente, folle.. Mais est-ce vraiment moi ?
Ce scénario se répéta à plusieurs reprises presque à chacun de mes combats...

Combien de temps me reste-t-il avant de perdre la raison ? Combien d'années ? De mois ? Les jours s'enchaînèrent sans que je ne puisse avoir la moindre réponse à mes questions..
Rapidement, l'entourage de l'Aile Pourpre et ses membres vinrent à être au courant pour mon chi impur et pour ma lame. Certains ne s'en soucient guère, d'autres tentent de m'aider.

Puis une jeune femme finit par arriver à l'établissement, guettant sans cesse ma lame, m'épiant... Elle en vint à se montrer fort curieuse de son origine, à l'appeler "artefact" .. Une femme bien étrange... Plus encore quand, le lendemain, je reçois un kunaï avec une lettre m'accusant de vole et expliquant ma fin proche.

Dans le même temps, le forgeron ivrogne du village Wijo, vint à faire une demande pour récupérer le sang d'un crabe. La demande est étonnante, et les restrictions du contrat encore plus... De par mon Chi, je suis mise sur la touche.. Qu'importe, je pourrais me reposer...

Mais c'était sans compter cette femme qui en vint à infiltrer ma chambre pour subtiliser ma lame alors que j'étais allongée sur mon lit, cherchant un peu de sommeil.

"Quelqu'un approche... Il veut nous nuir... nous éliminer.. Elle est là.. proche... Trois... deux... Un... TUE LA !"

Saisissant ma lame soudainement, j'en vins à frapper derrière moi, la faisant bondir en arrière.
Une longue discussion s'installa et son hostilité s'abaissa. Elle désirait toujours l'arme, mais semblait me craindre, ou du moins éviter l'affrontement.
Elle m'expliqua que la lame venait de son clan, qu'il s'agissait d'une arme scellée avec huit autres et que la chute de son village avait permit leur libération.
Elle parla aussi de deux rituels. L'un pour sceller l'arme, mais nécessitant qu'elle ne soit pas éveillée -et donc d'éloigner l'arme de l'hôte-. L'autre, permettant de fusionner la lame et son utilisateur... Un rituel dangereux mais pouvant permettre un contrôle totale sur elle, au prix de perdre une part de soi.... ou perdre et devenir un démon...

Cependant, la première option m'était impossible, sinon je l'aurais fais depuis longtemps... Le second choix s'imposa, mais la jeune femme refusa de m'aider si je n'étais pas digne.
Un duel fut alors rapidement organisé. Si elle gagne, elle aura l'arme. Dans le cas contraire, elle m'aidera à dompter les ténèbres.

Il était évident que je ne comptais pas perdre. Même si j'essayais, je suis sûre que mon Destin m'aurait empêché de perdre. De fait, je n'ai probablement jamais été aussi sérieuse. Usant du chi impur comme s'il était une part intégrante de mon corps, j'ai affronté l'assassin sans la moindre retenue.
Le combat fut long et éreintant... Il n'y eut pas de réelle victoire... Ou du moins, cette femme, nommée Kaguya, était loin d'être à l'agonie.
Elle se contenta de m'immobiliser, reconnaissant sa défaite et s'enfuyant par la même occasion, me laissant seule avec ma rage et ma haine... Même s'il était indéniable que j'étais moins blessée qu'elle, ayant donc un peu plus l'avantage.

Keyths était ici aussi, sans même que je ne m'en sois rendu compte.. Mais il resta calme et évita le contact... Ce qui est probablement mieux, car je sentais clairement que mon corps voulait abattre quelqu'un.

Retournant dans ma chambre, j'essaya en vain de traiter mes blessures, mais le contrecoup était trop important. Mon corps est presque paralysé et une douleur insoutenable assaillie mon dos.
Yuko passa par là, attirée par des beignets poser à la porte de ma chambre par Keyths... que je n'avais même pas entendu.
Elle entra et vint m'aider à soigner mes blessures, calmant mon corps et mon esprit, veillant sur moi tout le long de la nuit.
Je m'ouvris d'ailleurs plus à elle, et en vint à lui faire pleinement confiance.

Mais dès le lendemain, d'autres questions submerges mon esprit.
Devais-je accomplir ce rituel ? Au prix de perdre une part de moi-même si je réussi ? Au risque d'échouer et de devenir un démon ? Mais si je ne fais rien, ne suis-je pas condamnée à le devenir ? Est-ce que je ne risque pas de m'en prendre à ce Clan que je vois peu à peu comme une nouvelle famille ?
Les interrogations ne cessent, éprouvant mon esprit...

Cependant, je poursuivis ma routine, bien que passant quelques temps avec Kaguya pour discuter de la marche à suivre. Elle respecte l'accord et semble dévouée à m'aider. Ne me trompe-t-elle pas..? Seul l'avenir le dira...

Pendant qu'elle cherche un lieu adéquat, j'en parle à Yuko, puis à Sakura, la directrice de l'Académie du Lys doré. Toutes deux veulent m'aider, Yuko sans la moindre hésitation, alors que Sakura estime qu'il faut plus de préparation, plus de temps.
Je retarde alors ma décision... ou plutôt, non, elle est déjà prise. Je vais laisser quelques jours ou semaines s'écouler. Au moins le temps de finir le principal contrat avec l'Académie.
Wijo semble aussi préparer quelque chose. Ces contrats qu'il demande à l'Aile Pourpre ont pour but de créer un objet, mais il ne demande que des objets qui semblent lié à la douleur, au massacre. Il dit qu'il veut créer quelque chose qui soit étroitement lié avec son futur propriétaire... Mais en ce petit village, qui donc est aussi plongé dans le carnage ? Il avait même parlé avec Sakura de prendre une mèche de mes cheveux, de mon sang ou même encore un objet qui m'était chère.
Que mijote-t-il ? Je l'ignore, et tant que je ne serais pas certaine de ses intentions, je ne pourrais pas me plonger dans mon rituel. Je vais devoir attendre qu'il finisse.
En attendant, j'en vins à me méfier de lui. Durant un de nos duels, il a déjà réussi à agripper ma chevelure et donc à obtenir son composant.
Je dois rester méfiante quand à mes blessures quand il est proche... Pour ce qui est de l'objet chère... Il peut toujours rêver... Après tout, je ne suis qu'une coquille vide, en dehors de ma lame, rien ne me tien à cœur... Et nul ne pourra m'en séparer sans me passer sur le corps...
Alors j'attends, et j'observe.

Cependant, un autre point m'inquiète sur le temps qu'il me reste. Depuis que Yuko m'a sauvé, ma colonne vertébrale me fait régulièrement souffrir et cette douleur ne cesse de s'accroître avec les semaines. Des plaques mauves se sont formés au bas de mon dos, et progresse très lentement. Est-ce un compte à rebours ? Le début de ma fin ?
Le rituel résoudra-t-il ceci ?
Trop de questions, trop peu de réponses. et trop peu de temps...

Mais ce dernier s'écoule, encore et toujours, inexorablement. Wijo vient finalement demander l'assistance du Clan pour récupérer des larmes de Nymphes.
Un petit groupe se forme alors et nous partons pour la forêt des illusions. Nous débattons longuement pour savoir à quoi ressemble une Nymphe, ce qu'il y à savoir sur elle et, surtout, comment récupérer l'objet de notre mission.

Wijo nous laisse un peu avant d'atteindre le lieu désiré, nous laissant nous débrouiller pendant qu'il fait quelques préparatifs. Nous avançons alors, pour découvrir un petit étang, dôté d'un arbre massif en son centre. Dans l'eau, plusieurs Nymphes s'y reposent, jouant, riant, s'amusant...
Hkrinatys et Hyûn tentent une approche pacifique pendant que Yuko reste en retrait. Mais ces derniers ne mènent à rien. Les Nymphes s'amusent toujours, rient, rien n'avance. Par jeu, elle tente de noyer Hyûn...

"Est-ce seulement un jeu ? Elles cachent leur nature. Ces êtres sont sournois... Elles trompent, manipulent, mènent à la mort. C'est là leur vrai plaisir, leur vrai jeu. Tes amis ? Ils périront sans s'en rendre compte."

J'essaye de ne pas me fier à ma Lame, de me dire qu'elle se trompe. J'examine un petit autel proche... il en émane un chi si pur qu'il me rend mal à l'aise. Je m'en éloigne légèrement... Mais peu-à-peu les lieux m'apparaissent comme une toile vierge, ne demandant qu'à être souillée.

Je continue d'observer... Mais rien ne change. Kaguya essaye divers produits pour les faire pleurer, mais cela ne les affecte pas. Yuko ne bouge pas non plus... mais est-ce elle-même ou Esme ? Après tout, lors du contrat d'Orihess elle n'était pas elle-même... A rester distante, à combattre à coup de brique...

"Ils sont inutiles. Tu perds ton temps. Vous vous laissez piéger dans leur jeu... Et quand elles frapperont, la mort surviendra. Souille l'autel... remplis ton contrat."

Je me dis de plus en plus qu'Elle n'a pas tord... Après tout, Elle n'a jamais cherché à me nuire... Et rien n'avance...
Saisissant ma lame, je la pante dans l'autel et y répand le chi impur... Je ne voulais que les effrayer, les faire trembler... Jamais je n'aurais pensé à ce qui allait le suivre...

L'autel se brisa soudainement et des décombres, une trace de Chi impur se répandait, corrompant le lieu paisible. Le ciel sembla se fissurer, s'assombrissant, marquant l'approche des Ténèbres. Les Nymphes s'enfuient en emportant avec elles Hkrinatys et Hyûn. Puis un long grondement survient et le gardien des lieux apparut. Un imposant Lion, une divinité mineure... Fou de rage, il cherche à nous éliminer.
Je tente en vain de diriger son courroux vers moi.. Mais en vain.
Qu'ais-je fais ?
Je n'ose même pas me défendre, mais ma Lame se bat pour moi.

"Assume tes actes, termine ce que tu as commencé !"

Non... pas cette fois... Kaguya me tire hors de l'affrontement alors que Wijo vient aussi s'y mêler. Au final, nous trois tentons de canaliser le Chi impur dans l'autel pour le reconstruire et reformer le sceau pendant que Yuko cherche à contenir le Gardien.
Tout mes doutes étaient erronés, Elle m'avait trompé... Pourquoi ? Ce n'était pas le moment d'y songé...
Puis Hyûn et Hkrinatys réapparurent et libérèrent la dernière protectino des lieux. Un nova de chi pur vint purifier les lieux des ombres... Mais alors que l'onde se propage à travers mon corps, une douleur immense m'envahit. Je sens mon corps s'écrouler, mes sens se perdre...


Je me réveil dans la chambre de Yuko, sur son lit. Je cherche ma Lame, mais elle n'y est pas. Une douleur soudaine assaillie mon dos, ne cessant de croître.. Je cherche, questionne Yuko, lui implore de me la rendre.. Mais rien n'y fais... Je sens ma raison son perdre... Hyûn rentre dans la chambre... Je ne sais plus ce que je dis, ce que je fais... Je vois mon corps bouger, mais je n'arrive pas à me contrôler, la douleur est si intense que je n'arrive pas à penser à autre chose... je cherche frénétiquement la lame... Mais rien n'y fait.. Hyûn me frappe violemment au visage et je me sens à nouveau défaillir.

J'ignore combien de temps s'est écoulé, mais au réveil, je suis ligotée au lit. Incapable de bouger, alors que mon dos me brûle. Tout mon corps est parcouru d'une douleur intense que je n'avais ressenti jusqu'alors.
j'ai l'impression que ma gorge s'est nouée, je n'arrive plus à parler. Au moindre son que je produis, j'ai la sensation qu'elle se déchire. Je ne supporte plus la douleur. Que quelqu'un y mette fin.. Pitié. Yuko est là, je saisi à peine ce qu'elle dit. Quoiqu'elle fasse.. qu'elle y mette fin...
Puis enfin, elle me libère et me rend ma lame, dans un fourreau qui la scelle. Mais peu importe.. Je m'agrippe au manche et la lame finit par apaiser mes tourments. Rapidement, toutes les douleurs s'estompent.

Depuis quand a-t-elle autant pris le contrôle sur mon corps ? Depuis quand suis-je devenue sa marionnette ? Je ne peux plus attendre. Le rituel doit avoir lieu, qu'importe les risques.
J'en viens à l'annoncer au Clan et à nos alliés. A ce moment, Sakura me remet un médaillon. Si j'ai bien entendu ce qu'il se disait, c'est ce que Wijo cherchait a crée. Il était donc pour moi...
J'observe le présent. Il est magnifique, me rendant nostalgique d'une époque que j'avais oublié, me rappelant des moments heureux. Il m'apaise doucement, alors que je ne me lasse pas de le contempler... Tout n'est peut-être pas si noir...

Dès le lendemain, je me suis retirée quelques jours pour méditer, pour me poser au vu de l'affrontement prochain. Puis dès la fin de la semaine, je retourna à l'auberge.
Au soir, tous étaient là, et nous nous sommes rendu aux Chaînes de Tomun, non loin des Saillies du Mal. Au sein de cette forêt lugubre et corrompue, se trouvait un petit étang isolé. C'est à ce lieu que le rituel fut mis en place.
Le déroulement de ce dernier fut expliqué et mes compagnons vinrent à se positionner pour être prêt à repousser toute présence démoniaque. De mon côté, je pénétra dans l'eau, et me plaça bien au centre pour entamer le rituel.

Une brume noire m'entoura alors, me coupant des autres. Je ne les voyais ni ne les entendais plus, mais j'avais confiance pour qu'ils puissent s'en sortir. De mon côté, une des voix s'élevèrent, les unes après les autres. Des murmures emplis de colère, de désespoir, de tristesse, de douleur... Je me concentra sur ma lame pour essayer d'en manifester l'âme qu'elle renfermait...
Des silhouettes déformées apparurent alors, des dizaines d'individus. Qui était-ils ? Ils ne cessaient de murmurer ce qui semblait être des morceaux de leur histoire. Ils semblaient être relié à la lame... Probablement les anciens possesseur de celle-ci.

Alors que le rituel progressait, les voix gagnèrent en intensité. Les murmures devinrent peu à peu des cris, des suppliques. L'agonie, le tourment, la soif de vengeance, la haine... Toutes ces émotions négatives étaient décuplées, même les miennes venaient se mêler à ces dernières. Comme si j'y étais à ma place, comme si je devais les rejoindre...
Je me sentis alors happée vers le bas. Je devais probablement être sous l'eau.. mais j'arrivais encore à respirer. Etais-je toujours dans le même lieu ? Avais-je seuleument bougé ? N'était-ce qu'une impression ? Les ombres ne cessèrent de se renforcer, de m'encercler, de se rapprocher...
Et pourtant, soudainement, quelque chose probablement d'extérieur vint les repousser. Reprenant alors mon aise et cessant mes doutes, je me concentra une nouvelle fois sur le rituel. Les ténèbres s'écartèrent faiblement, alors qu'une Ombre se forma devant moi, prenant la forme d'une jeune Jin d'environ la vingtaine d'année. Sa peau était pâle, son regard aussi vide que le néant, sa silhouette fine mais aux formes généreuses. Une femme qui se voulait agréable à l’œil.

"- Pourquoi luttes-tu ? Pourquoi me refuses-tu ? Nous sommes semblables. Abandonnées. Trahies. En quête de nous-même, de pouvoir... Nous ne voulons que vivre. Nous ne faisons qu'un."

- Non. Je suis qui je suis et je ne changerai pas. Je ne suis pas comme toi, démon.

- Démon ? Qu'est-ce qu'un démon ? Nous ne sommes que des victimes. Tout comme j'ai été trahie par mon tuteur... Sacrifiée... Tu as été trahie par tes voisins. Ils ont tués ta famille et laissée seule...

- C'est TOI les as tués !

- Tu le désirais. Tu as désiré leur mort.

- TU MENS !

- Tu as tué leur agresseur... Mais tu étais couverte de sang. Elles étaient effrayées. Terrifiées. Elles avaient peur de toi. Elles ne voulaient plus de toi. Tu ne t'en souviens pas car je t'ai protégée. Tu n'étais plus consciente à ce moment, grâce à moi. Je t'ai sauvée de ce tourment."

Je secouais la tête alors que des images me revenaient. Des souvenirs oubliés, que je n'avais jamais vu, mais qui me semblait si familier. Me mentait-elle ? Disait-elle la vérité ? Etait-elle si maléfique ? Je ne doutais... une nouvelle fois...
Mais à ce moment, un flash blanc apparut et repoussa les ténèbres. La jeune silhouette se reforma d'ombre, prenant les traits d'une créature difforme, pleine de malices.
La lumière éclaira si bien que ma Lame se fit visible, plantée dans un sol d'ombre entre nous deux. Dans un bond, je m'en saisis et chargea la Jin avant de la planter dans son corps.

"- Je serais libre de mes choix. Je n'ai pas d'être protégée ou que l'on m'impose des actes. Je n'ai plus besoin de toi.

- Alors je resterai... Et quand l'heure viendra... nous ne ferons qu'un."

Les voix se turent alors que la silhouette ombreuse se dissipa. Le voile ténébreux qui m'entourait se brisa et les fragments semblèrent pénétrer mon corps. Je sentis l'eau froide autour de mon corps, me retrouvant sous l'eau, mais j'avais pieds. D'une impulsion, j'émergea ma tête, puis observa autour de moi.
Ils étaient tous là, blessés pour la plupart, mais tous en vie. Ils me regardaient d'un air méfiant, mais rapidement, déposèrent leurs armes. Tout était fini et le calme était revenu au sein de l'étang.

Nous firent alors le chemin de retour et chacun retourna à sa chambre pour s'y reposer.
Puis les mots de Kaguya me revinrent en mémoire.

"Tu perdras une part de ton humanité."

Mais qu'importe... Je n'entendais plus la moindre voix, la moindre pensée. Un poids s'était ôté de mes épaules et je me sentais libre de chacun de mes actes. Bien que cela n'était peut-être qu'une impression, j'avais le sentiment que sa présence était scellé, au moins pour un bon moment...


Dernière édition par Eun Sun le Mar 31 Jan - 1:31, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre   
Revenir en haut Aller en bas
 

Yun Eun Sun, l'Ombre Pourpre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Aile Pourpre :: Roleplay :: Fiches de personnages-